TELESCOPE NEWTON EQUATORIAL

 

 

Voici le télescope que j’ai réalisé entièrement (sauf les deux miroirs). C’est un télescope Newton à monture équatoriale à fourche. J’ai mené à bien cette réalisation en commençant par me documenter sérieusement en lisant les trois livres suivant : How to make a telescope de Jean Téxéreau, Mon télescope et mon observatoire de Pierre Bourge et Réaliser votre télescope de Jean-Marc Lecleire.

Ensuite J’ai cherché les différents fournisseurs de matériels astronomiques et j’ai comparé le prix d’un miroir de 200mm fait par mes soins avec celui d’un miroir acheté tout fait, la différence étant faible ,j’ai décider d’acheter mes miroirs chez ASTAM . J’ai passé commande tout de suite, car on m’avait dit qu’il y avait 9 mois de délais ( j’ai en fait attendu presque deux ans !).

Je suis passé ensuite à la réalisation des plans, en essayant d’utiliser le matériel à ma disposition et celui que je pouvais récupérer. J’ai eu la chance de pouvoir compter sur l’aide d’un tourneur pour la réalisation des axes de déclinaison et d’ascension droite en aluminium, ainsi que pour la réalisation du chercheur 7x50.

La monture est réalisée en tubes d’acier carrés de 30mm, soudés à l’arc et protégés efficacement par plusieurs couches de peinture. Les pieds sont constitués de tiges filetées de 16mm terminées par des écrous borgnes en acier inox. Ils se vissent dans les tubes ( sur lesquels j’ai soudé des écrous de 16mm), ce qui permet de régler précisément la hauteur pour une mise en station sérieuse.

L’axe d’ascension droite tourne dans des paliers à billes à auto-alignement ( diamètre 30mm et 50mm). Celui du bas (30mm) est fixé par sa semelle sur une grosse plaque de dural , elle même fixée sur les tubes de la monture. L’autre est fixé directement sur les tubes par deux gros boulons.

La fourche est réalisée d’une manière très classique en contre-plaqué vissé et collé puis protégé à l’huile de lin, enduit et peinture. Elle est fixée sur l’axe horaire par une vis de 10mm à six pans et 3 vis de 5 mm à six pans. Elle est ainsi prise en sandwich entre un épaulement sur l’axe et un plaque d’acier .

Sur le haut des deux branches de la fourche, deux paliers de 25mm assurent la rotation des deux tourillons de déclinaison.

Le tube optique est quasiment identique à celui décrit par Téxéreau. Le porte oculaire à cabestan a été acheté chez ASTAM (très bonne qualité) . Le support du miroir secondaire est identique au modèle mais le support du primaire est légèrement différent.

Le réglage en déclinaison est assuré d’une part par un « disque » en bois et un frein que l’on bloque avec un écrou moleté et d’autre part grâce à une vis et un écrou très spécial, solidaire du disque en bois. La vis est solidaire du tube optique et mise en rotation par des engrenages et un moteur pas à pas.

La rotation de l’axe horaire est assuré, classiquement, par un secteur circulaire entraîné par un ruban, un écrou et une vis. Cette vis est mise en rotation à vitesse sidérale par un train d’engrenages et un moteur pas à pas.

                                

 

 L’électronique de commande des deux moteurs est réalisée à l’aide de deux petits microcontrôleurs 8 bits programmée par mes soins et de quelques composants électroniques. Les commandes de déclinaison et d’ascension droite s’effectuent à l’aide d’une télécommande avec 4 boutons et un interrupteur pour changer la vitesse de correction.

J’ai ajouté deux cercles gradués et éclairés pour le pointage. Le chercheur est réalisé en alu et est constitué d’un objectif achromatique de 50mm et 175mm de focale et d’un oculaire Kellner ( auquel j’ai ajouté un réticule en fils fin en cuivre).

Récemment, j’ ai ajouté un ventilateur sur la trappe du tube optique, afin de refroidir efficacement le miroir et ainsi de diminuer la turbulence ( très nette amélioration !).

Je monte actuellement un téléobjectif Maksutov de 100mm f/d=10 sur le tube optique pour me servir de lunette guide.

 

 

Le télescope, l’abri.

 

          En attendant le miroir j’ai eu le temps de construire un abri en bois reposant sur une dalle de béton et disposant d’un toit roulant.  

 

                        

         

               retour vers la page d'acceuil